L’Amour et Bacchus2019-04-16T14:41:28+00:00

Project Description

Création 2018

Eugénie Lefebvre : sopranoÉtienne Bazola : baryton

5 instrumentistes

La mythologie gréco-romaine est au centre des arts en France durant le XVIIIe siècle, en témoigne la peinture, le théâtre, mais aussi la musique. L’opéra met la plupart du temps en action les héros et héroïnes mythologiques, il en est de même pour la cantate, ce nouveau genre musical du début du XVIIIe siècle qui irradie toutes les salles de concerts et les salons.
En dehors de Jupiter, Neptune, ou d’autres dieux guerriers, la divinité préférée des compositeurs et des librettistes est « Amour », le fils de Vénus, souvent représenté comme un enfant les yeux bandés, qui décochent ses flèches sur les amants. Il inspire de nombreux couples, de Didon et Énée à Orphée et Eurydice… Mais à l’Olympe séjourne aussi un autre dieu beaucoup moins sérieux, et qui inspire aux humains d’autres plaisirs, ceux du vin ! Bacchus et ses ivresses ont été mis de nombreuses fois en musique dans des cantates, opéras, mais aussi à travers les « airs à boire ».

Ce programme est construit autour d’œuvres inédites qui proviennent des fonds musicaux de la bibliothèque de l’Arsenal à Paris (BNF), notamment le Didon et Énée mis en concert d’André Campra. Cette partition est très intéressante car elle montre une pratique de l’époque qui consistait à prendre une partition déjà existante, ici une cantate, et à la réécrire pour lui donner une forme et une durée plus importante ainsi qu’un effectif plus fourni. André Campra a ajouté une ouverture et des danses à la partition initiale, il a également rajouté des parties instrumentales qui n’existaient pas dans la première version. Ainsi cette cantate prend des allures de petit opéra.

Crée en partenariat avec la Fondation Royaumont.

Télécharger la description complète du programme (PDF)